Rester mince, même enceinte est une obsession pour de plus en plus de femmes. Le terme « mummyrexie » ou « pregorexia » concerne les femmes enceintes anorexiques. Ces futures mamans qui veulent à tout pris maigrir pendant leur grossesse, et, qui s’entraînent de façon excessive pour garder au mieux la ligne pendant et après leur grossesse. Mais quelles sont les conséquences sur l’organisme et le nourrisson ?

Lorsqu’une femme apprend qu’elle est enceinte, la joie et l’anxiété s’entremêlent. C’est-à-dire qu’elle est consciente des futurs changements physique que cela entraîne.

Ces changements corporels sont incontrôlables et anxiogènes. En un rien de temps, le ventre s’arrondit, et nos idéaux changent. Pendant 9 mois, l’image de la femme se modifie et doit être accepté en peu de temps. Ce ventre qui grossit contient un bébé ce n’est pas seulement du à la nourriture. Ainsi, la perte de contrôle est source de désarroi, d’anxiété et d’appréhension face à ce qu’elles mangent.

Le faite que le ventre s’arrondit au fur et à mesure des mois, des pressentiments de mal être se fait ressentir peu à peu (« je suis une grosse baleine », « j’ai juste l’air grosse »etc). Ces perceptions corporelles néfastes agissent directement sur l’estime de soi. Et, tout ceci peut mener à des TCA tels que : le mummyrexie ou plus simplement le pregorexia.

Le mummyrexie (contraction de « mummy » pour maman, et « anorexie ») ou pregorexia (« prégnant » enceinte et « anorexia » anorexie) est un phénomène de société qui se répand de plus en plus, car l’image de la femme enceinte est modifiée par les publicités, les médias et le cinéma. C’est un trouble du comportement alimentaire qui mène à une restriction alimentaire tout en pratiquant du sport à un niveau très intensif tout au long de la grossesse. La prise se limite entre 1 à 8 kilos, alors que les médecins préconisent une prise de poids de 9 à 12 kilos.

La mummyrexie peut s’avèrer mortel pour la mère et l’enfant. Tous deux sont impactés par ces régimes stricts que s’infligent la mère et les séances de sport intenses.

La futur mère risque des carences telles que :

• Anémie
• Difficultés cardiaques
• Pré-éclampsie : l’apparition de protéines dans les urines et une hypertension artérielle.
• Fausse couche
• Accouchement prématuré Pour le bébé :
• Un petit poids de naissance
• Retard de croissance
• Malnutrition
• Malformations congénitales